Stratégie kylian mbappé transfert psg

Publié le 12 septembre, 2017 | par Jean-Baptiste Guégan

Kylian Mbappé, un transfert qui dérange ?

Malgré toutes les raisons qui doivent amener les fans de football à féliciter le PSG pour son opération, le transfert de Kylian Mbappé pose nombre de questions. Décryptage par Jean-Baptiste Guégan.

Un transfert record non sans problèmes

Une contribution à l’inflation des transferts et à leur dérégulation

Le coût de l’opération Mbappé au PSG semble surévalué en apparence. Il favorise donc le renchérissement du coût des superstars dans le football européen. En cela, il contribue à la dérégulation du marché et à l’inflation générale des transferts depuis deux ans. Après celui de Neymar, d’Ousmane Dembélé ou de Paul Pogba, il en est l’un des nouveaux visages même s’il s’en défend habilement en s’affranchissant de sa responsabilité dans le montant de son transfert.

Or, cette tendance, si elle n’est pas imputable au seul club parisien, n’est pas sans questionner la santé financière et l’avenir sportif de nombre de clubs en Europe. D’où la colère outrancière de Jean-Michel Aulas, la réaction courroucée de l’UEFA et la mobilisation des clubs historiques réunis au sein de l’ECA, de la Juventus jusqu’au Bayern.

On peut d’ailleurs se demander si l’achat de Kylian Mbappé n’est pas celui de trop pour le PSG. Tout le monde a compris le coût de la venue de Neymar mais la concomitance de deux transferts historiques dans le même club a soulevé l’indignation. Peut-être est-ce par hubris que le club parisien a péché ? Son sentiment de toute puissance lors du mercato a bougé les lignes, il n’est pas dit qu’il ne paie pas lourdement si la pression de l’ECA s’accentue et les investigations de l’UEFA se déroulent à charge.

L’instrumentalisation géopolitique du football de club

Le transfert de l’ancien mnoégasque traduit la volonté parisienne et qatarie de peser plus qu’il y a quelques années, sur le marché du football et du sport global.

Sans le Fair Play Financier première génération et ses règles imposées aux nouveaux entrants qu’étaient Paris et Manchester City, le recrutement de Kylian Mbappé marque l’envie du PSG de faire sauter les barrières qui l’ont freiné jusqu’alors. Sans retenue.



La volonté pour ses propriétaires est claire : construire avec le PSG, une marque globale pour faire profiter le Qatar d’un soft power sportif majeur, le tout à l’aide d’une politique de transferts dispendieuse. Avec une seule ambition : gagner quel qu’en soit le prix.

Le Chelsea d’Abramovitch avait déjà dépensé sans compter avec des fonds privés d’origine étrangère, mais ce que l’on reproche au PSG, c’est un financement qui ressemble à un mécènat d’un nouveau genre, celui d’un Etat dont les objectifs sont plus géopolitiques que sportifs.

Pourtant, si le PSG n’est pas le seul à le faire, c‘est sur lui que les regards se tournent.  Manchester City profite de subsides comparables dans une structure financière plus complexe. Quant à la Chine, elle fait de même par le biais de ses entrepreneurs, à l’image des fondateurs d’Ali Baba ou Wanda, qui sont son bras armé à l’international. En soi, le transfert de Kylian Mbappé souligne donc une instrumentalisation problématique du football de clubs qui tend à se généraliser, là où seules les sélections étaient visées auparavant.

Dilemme sportif, gestion des égos et problème de management à venir

L’arrivée de Kylian Mbappé va poser un dilemme au PSG. Sportivement, sa polyvalence va servir, c’est lui même qui le dit mais elle va contraindre son entraîneur à une gestion de son effectif qui ne sera pas sans poser problème, quand tous les attaquants seront valides et disponibles.

Les intérêts des uns ne seront pas ceux de tout le groupe, à certains moments clefs de la saison. Lorsque la phase finale de la Ligue des Champions ou la Coupe du Monde approcheront, les égos et les intérêts individuels ressortiront. Abondance de bien ne nuit pas mais en football, l’adage ne vaut pas.

Ce transfert sera aussi l’occasion de mesurer le sens du management et la capacité d’Unai Emery à développer ses jeunes joueurs. La comparaison avec Leonardo Jardim, l’entraîneur-formateur de l’AS Monaco, promet…

Mbappé, une stratégie risquée qui ne fait pas que des gagnants

L’arrivée de Mbappé dans le groupe parisien conduit le club à présenter l’une des plus belles lignes d’attaque du continent. A la manière de l’ancienne MSN barcelonaise et de la BBC madrilène, le PSG va associer pour la première fois à Edison Cavani, deux « marquee players ». L’un est confirmé et représente le présent parien, l’autre incarne son futur.



Dans une même franchise, il n’est pas sûr que ce soit une bonne idée à moyen terme. En effet, si Kylian Mbappé devient le joueur que ses promesses augurent, les problèmes se poseront. Souvenons nous que Neymar a quitté le FC Barcelone pour cette raison.

Il n’y a qu’un soleil dans le ciel et c’est encore plus vrai dans un club global comme aspire à le devenir le PSG. La concomittance des grandes stars fait trop d’ombre à ceux qui veulent briller. Pour l’heure, le jeune attaquant s’est clairement mis au service de son aîné brésilien, comme lui même l’avait fait en arrivant au Barça avec Lionel Messi. Espérons que cela fonctionne.

Reste à savoir si le jeune français acceptera longtemps un sort comparable à celui de Karim Benzema au Real Madrid ? Peut-être sera-t-il tenté de s’agacer ou de partir pour être un jour, le seul au firmament ?

Cette stratégie va évidemment favoriser le club mais elle pose un problème potentiel d’égos dans le vastiaire et un casse-tête marketing pour l’ensemble des acteurs. Associer deux joueurs comme Neymar et Mbappé limitera l’influence marketing des autres joueurs et les laissera dans l’ombre du duo. Elle risque surtout de peser au Français à moyen terme, s’il devient l’un des premiers attaquants français aux côtés d’Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé.



Sauf à tout gagner en club et en sélection, la visée parisienne apparait risquée à tout point de vue. La victoire soude et fait taire les égos, la défaite fragilise et les fait ressortir. Paris et Mbappé sont prévenus. Il faudra gagner pour faire l’unité et réussir ensemble.

En définitive, si le club parisien en profitera pleinement pour accroître ses recettes, son budget et sa visibilité, l’autre grand gagnant reste Nike, l’équipementier du club. A l’échelle globale, européenne et nationale, ce double transfert est une aubaine dont il récompensera le PSG en réévaluant sa participation.

En effet, tout en profitant de l’image de Paris, la ville la plus visitée au monde, Paris offre à la marque américaine, un écrin au futur meilleur joueur du monde qu’est Neymar et à son plus grand espoir, Kylian Mbappé. Une vitrine globale qui fait rêver plus grand et qui annonce peut-être une victoire prochaine en Ligue des Champions…

En attendant, prenons d’ores et déjà rendez-vous dans cinq ans à la fin des contrats de Neymar et de Mbappé, pour la Coupe du monde 2022 qui se déroulera au Qatar. Une simple coïncidence, évidemment.

Par Jean-Baptiste Guégan

Source photo à la Une : Capture vidéo Youtube


A propos du contributeur / de la contributrice

Auteur de Geopolitique du sport, une autre explication du monde. Expert en géopolitique du sport. Enseignant en Histoire, journaliste et intervenant en Géopolitique du sport à l'ESJ Paris et à l'ISTEC Paris. Amateur de football et supporter du PSG depuis toujours.



Comments are closed.

Back to Top ↑