Economie

Forte croissance des produits d’exploitation pour l’AS Monaco !

as monaco produits d'exploitation
CosminIftode / Shutterstock.com

La saison 2016-17 n’a pas été seulement fructueuse sur le plan sportif pour le club de la Principauté. L’AS Monaco a profité de ses bonnes performances, notamment sur la scène européenne, pour sensiblement accroître ses produits d’exploitation.

Le dernier exercice restera gravé dans les mémoires des supporters asémistes. En plus du huitième titre de champion de France conquis face à l’ogre parisien, les fans monégasques ont également assisté à l’excellent parcours européen du club princier ou encore à l’éclosion du phénomène Mbappé.

D’excellents résultats sportifs qui ont eu un impact significatif sur le bilan du club de la Principauté ! En effet, selon les données dernièrement publiées par KPMG, qui a eu accès aux comptes de l’AS Monaco pour la saison 2016-17, le club de la Principauté a enregistré une hausse de… 86% de ses produits d’exploitation ! L’AS Monaco a ainsi enregistré le deuxième CA hors transferts de son histoire : seule la saison 2013-14 devance le dernier exercice, grâce à l’accord exceptionnel signé à l’époque avec AIM.

Une progression de chiffre d’affaires qui ne tient pas compte des incroyables recettes de transferts encaissées par l’ASM lors du dernier mercato estival, comptabilisés en produits exceptionnels et dont la plupart des mouvements seront associés aux comptes 2017-18 du club.

Cette hausse vertigineuse de chiffre d’affaires est notamment due au parcours européen réalisé par l’AS Monaco. En atteignant les demi-finales de la compétition, l’AS Monaco a encaissé un chèque de 65 M€ de la part de l’UEFA, correspondant ainsi à 45% des produits d’exploitation enregistrés par le club lors du dernier exercice. Selon les données compilées par KPMG, l’AS Monaco est le champion national affichant la plus forte dépendance aux recettes de la C1 au cours du dernier exercice.

[ssp id= »102029299″ embed= »true » width= »100% »]

Au-delà de la somme distribuée par l’UEFA – qui est venue gonfler les recettes médias encaissées par l’ASM – la participation à la C1 et les bonnes performances sur le plan domestique ont également permis au club de la Principauté d’accroître considérablement ses recettes de billetterie. Elles ont franchi la barre des 8 M€ au cours du dernier exercice.

Cette hausse brutale de chiffre d’affaires permet également au club de la Principauté de réajuster son ratio masse salariale sur chiffre d’affaires hors transferts. En raison de son absence de la C1, le ratio avait atteint un niveau inquiétant de 107% lors de la saison 2015-16. Il a été ramené à 69% au cours du dernier exercice, soit un niveau plus conforme aux recommandations formulées par l’UEFA concernant le respect des règles du fair-play financier.

Bien que le nouveau modèle économique de l’AS Monaco repose essentiellement sur le trading de joueurs pour équilibrer ses comptes, les bons résultats obtenus sur la scène nationale et européenne permettent tout de même au club d’accroître petit à petit ses produits d’exploitation. Et d’autres axes sont actuellement étudiés en ce sens, avec notamment l’ouverture de négociations avec le gouvernement monégasque concernant les travaux de rénovation du stade Louis II.

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer